2011/12/05

Ce texte reflète bien ma pensée sur le Québec d'aujourd'hui


Doléances pour un Québec dépassé
4 décembre 2011 23h08 · Jérôme Lussier

Ce n’est pas de l’idéologie de croire que le bilinguisme constitue un avantage et de vouloir en faire bénéficier ses enfants et ses concitoyens.

Ce n’est pas naître pour un petit pain de rêver que sa fille étudie à Stanford, que son fils travaille à Shanghaï, que son neveu boxe à Las Vegas ou que sa nièce défile à Milan.


Ce n’est pas une perversion de préférer Bon Iver à Paul Piché, Adele à Céline, les Beastie Boys à Loco Locass, mais d’aimer aussi Jean Leloup, Arcade Fire, Malajube et Beau Dommage.

Ce n’est pas de la rectitude politique d’affirmer que les questions environnementales, culturelles et économiques de notre époque dépassent le cadre des politiques nationales.

Ce n’est pas une religion de constater que Facebook, Twitter et Internet permettent de découvrir et entretenir en temps réel des communautés qui se moquent des frontières.

Ce n’est pas cynique de rappeler que l’univers ne commence pas à Hull et qu’il ne se termine pas à Gaspé et que les lois et les espoirs du Québec n’ont pas de portée extra-territoriale.

Ce n’est pas une trahison de concéder que le Québec ne représente que 0,1% de l’humanité et que son statut constitutionnel n’y est pour rien.

Ce n’est pas naïf de dire que le Québec a autant sinon plus besoin du reste du monde que le reste du monde a besoin du Québec.


Lire la suite sur Voir.ca




No comments:

Post a Comment

À propos

Je vis seul en appartement avec mon courage, mon fauteuil «rouillant» et un type de dystrophie musculaire, l'amyotrophie spinale type III, Kugelberg-Welander depuis ma naissance. J'ai quitté le nid familial à 20 ans, en 1993. Depuis, chaque expérience ou obstacle que la vie a mis sur mon chemin ont nourri ma soif d'autonomie. J'ai eu la chance d'avoir des parents qui m'ont donné confiance en moi, qui m'ont laissé apprendre de mes erreurs et qui m'ont laissé célébrer mes victoires !

Je communique avec vous grâce à un logiciel de reconnaissance vocale et un clavier virtuel contrôlé avec une souris d'ordinateur standard. Ma main gauche fonctionne toujours mais presque exclusivement pour manipuler la souris et quelques boutons sur mon fauteuil. Ma main droite contrôle (péniblement) mon fauteuil rouillant motorisé et quelques boutons pour changer les options de ce dernier. Pour vous donner un exemple, une bouteille d'eau de 350 ml est maintenant trop lourde pour moi et ma capacité à m'alimenter seul est disparue depuis peu.

Pour pallier à mes incapacités reliées à mon maintien à domicile, j'embauche du personnel que j'appelle si gentiment mes p'tits anges ! Le budget gouvernemental étant ce qu'il est, je dois recruter des gens parfois pour 1, 2 ou 3 heures par semaine (nettement insuffisant pour leur payer le loyer, la voiture, les études et tout...) Ce qui a pour effet de créer un grand roulement de personnel. Dans un contexte où il est déjà difficile de garder ses employés, je veux tout mettre en oeuvre pour avoir le privilège de travailler avec eux le plus longtemps possible.

Ma définition d'un p'tit ange:

Personne unique doté d'un sens de l'altruisme développé, de l'honnêteté et du respect de soi depuis plusieurs années. N'est pas p'tit ange qui veut. Les candidatures peuvent défiler sans avoir nécessairement l'esprit du p'tit ange. Cette philosophie n'est pas uniquement de donner du temps et de l'aide instantanément à quelqu'un qui a besoin, mais plutôt une manière de participer activement, un certain temps, au mieux-être d'une personne.

P'tits anges bénévoles recherchés!

Je suis aussi à la recherche de p'tits anges bénévoles pour faire ses exercices physiques une fois par semaine, aller au cinéma et au restaurant, faire la lecture, écrire ma vie, jouer au poker... benevole@ptitsanges.com !